Conference abstract

Pyélonéphrite aiguë: prise en charge au Service de Médecine de l’Hôpital de Circonscription Oudhref

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(108).03 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.108.314

Contact the corresponding author
Keywords: Pyélonéphrite aigue, prise en charge, Escherichia coli
Abstract

Pyélonéphrite aiguë: prise en charge au Service de Médecine de l’Hôpital de Circonscription Oudhref

Zohra Ghodhbane1,&, Sana Sghaier1, Salha Salah1

1Hôpital de Circonscription Oudhref, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Zohra Ghodhbane, Hôpital de Circonscription Oudhref, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: une pyélonéphrite est une infection bactérienne des voies urinaires haute. Elle présente un motif fréquent d’hospitalisation au service de médecine. Le but de ce travail était d’établir une stratégie de prise en charge des pyélonéphrites.

Méthodes: il s’agit d’une étude rétrospective portant sur une période d’un an (Juillet 2012 - Juillet 2013). Pendant cette période nous avons colligé 200 observations de patients admis au service de médecine pour prise en charge de pyélonéphrite aiguë.

Résultats: nous avons noté une prédominance féminine (65% des cas). L’âge moyen était de 50 ans. 60% des cas consistaient en un premier épisode. Des antécédents de colique nephretique ont été retrouvés dans 40% des cas. Une lithiase des voies urinaires était notée dans 30% de cas avec dan 55% des cas une localisation droite. L’examen cytobactériologique des urines (ECBU) était fait dans 60% de cas. Une monothérapie a été instaurée dans 30% de cas. Un changement de l’antibiotique a été fait dans 40% de cas. La pyélonéphrite aiguë est suspectée cliniquement devant une lombalgie unilatérale fébrile confirmée biologiquement par ECBU: leucocytes altérés ≥ 104/ml (ou 10/mm3), Bactériurie > 104/ml. Les femmes sont touchées nettement plus souvent que les hommes, et sont les seules en dehors de la grossesse à présenter des infections simples. Toutes les autres pyélonéphrites sont à risque de complication. Les espèces bactériennes les plus fréquemment responsables d'infections urinaires communautaires sont les entérobactéries. Escherichia coli est le plus souvent isolé.

Conclusion: la pyélonéphrite aiguë est une pathologie fréquente. Son diagnostic est fait le plus souvent, sur des arguments cliniques et biologiques. Le pronostic dépend du terrain, du type de pyélonéphrite mais aussi de la précocité et de la qualité de la prise en charge thérapeutique.