Conference abstract

Infections chez les insuffisants rénaux hémodialysés chroniques: étude de 125 cas

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(112).03 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.112.428

Contact the corresponding author
Keywords: Infection, insuffisance rénale chronique, hémodialyse chronique
Abstract

Infections chez les insuffisants rénaux hémodialysés chroniques: étude de 125 cas

Imen Oueslati1,&, Lamia Rais1, Wided Smaoui1, Madiha Krid1, Rania Khedher1, Lilia Ben Fatma1, Soumaya Béji1, Karim Zouaghi1

1Service de Néphrologie, Dialyse et Transplantation Rénale, Hôpital La Rabta de Tunis, Université Tunis El Manar, Faculté de Médecine de Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Imen Oueslati, Service de Néphrologie, Dialyse et Transplantation Rénale, Hôpital La Rabta de Tunis, Université Tunis El Manar, Faculté de Médecine de Tunis, Tunisie

Résumé

Introduction: l’infection est une cause majeure de morbi-mortalité chez les hémodialysés chroniques. Notre objectif était de déterminer leurs caractéristiques clinico-biologiques, bactériologiques et évolutives.

Méthodes: il s’agit d’une étude descriptive, réalisée au service de Néphrologie, Dialyse et Transplantation Rénale, CHU La Rabta de Tunis, sur une période de 36 mois (2007 - 2010). Nous avons inclus tous les hémodialysés chroniques.

Résultats: nous avons colligé 84 malades: 45 hommes et 39 femmes, âgés en moyenne de 58,6 ans [26,8 - 87,7ans]. Un tiers des malades étaient diabétiques. Environ 29% avaient une maladie dysimmunitaire traitée par corticothérapie dans 87% des cas associée à un traitement immunosuppresseur dans 70%des cas. La néphropathie initiale était de type glomérulaire, tubulo-interstitielle, vasculaire, d’origine indéterminée et secondaire à une polykystose rénale dans respectivement 57%, 23%, 12%, 7% et 1% des cas. La durée médiane d’hémodialyse était de 30,6 mois. Environ 75% des malades étaient dialysés via un désilet fémoral. Le nombre médian d’infection par malade était de 1 (1 - 5 infections) soit un total de 125 infections. Il s’agissait d’infections bactériennes dans 101 cas (80,8%) en rapport avec une broncho-pneumopathie (27%); et une infection urinaire, de l’accès vasculaire, ORL et cutanée dans respectivement 26%, 13%, 3% et 3% des cas. La moitié des germes isolés était des cocci gram positif. Les autres infections étaient une syphilis tertiaire (6%), une tuberculose extra-pulmonaire (3%) et une listériose neuro-méningée (1%). Les infections virales étaient notées dans 17 cas (13,6%) en rapport avec une infection par le VHB (8 cas), par le VHC (6 cas), zona (1 cas) et herpès labial (2 cas). Cinq malades (4%) avaient eu une infection fongique en rapport avec une pneumocystose pulmonaire (1 cas) et une candidose œsophagienne (4 cas). Deux malades (1,6%) avaient eu une infection parasitaire, un cas de microsporidiose et un cas de gale. Un traitement adapté était prescrit dans tous les cas. Le décès était noté dans 7% des cas.

Conclusion: les infections chez les hémodialysés sont très préoccupantes. Ainsi, il est indispensable de connaître leur mécanisme de survenue, de comprendre et d’appliquer les mesures de prévention adaptées, afin de réduire leur fréquence.