Conference abstract

Prévalence de l’insomnie chez les militaires de retour de voyage

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(119).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.119.326

Contact the corresponding author
Keywords: Militaire, mission, insomnie
Abstract

Prévalence de l’insomnie chez les militaires de retour de voyage

Samah Elleuch1,&, Latifa Ghanmi1, Maroua Daoud1, Kilani Belhadj2, Khalifa Zitoun1, Salem Bouomrani3

1Service de Psychiatrie, Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie, 2Service des Urgences, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie, 3Service de Médecine interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Samah Elleuch, Service de Psychiatrie, Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: l'insomnie est un trouble qui a un impact considérable sur les militaires. En effet, plusieurs facteurs liés aux conditions du travail, à l’irrégularité des horaires veillent sommeil, à la participation aux missions et aux comorbidités physiques et psychologiques, peuvent contribuer à l’insomnie. Dans ce travail, on se propose d’estimer la prévalence de l’insomnie parmi les militaires au retour des missions.

Méthodes: il s’agit d’une étude transversale descriptive réalisée sur une population de sujets exerçant à l’Hôpital Militaire de Gabès et ayant participé à une mission à l’étranger. Les différentes données ont été recueillies grâce à une fiche comportant 2 parties: La première a concerné les données sociodémographiques, les antécédents familiaux et personnels, La deuxième partie a comporté l’échelle ISI (Index de Sévérité de l’Insomnie).

Résultats: notre échantillon était composé de 31 sujets de sexe masculin et d’âge moyen de 45 ans [27-53]. La majorité était mariée (93.5%) et avait un niveau socioéconomique moyen (80%). Tous les sujets avaient un statut militaire dont 64.5% avaient un poste technique avec des responsabilités importantes chez 54% des sujets. 52% avaient un abus de substance, dominé par le tabac et le café. 22,5% des militaires enquêtés avaient des antécédents médicaux (diabète, HTA, coronaropathie...). L’ISI était perturbé (> 7) chez 25.8% des militaires dont 50% avaient une insomnie sub-clinique ou légère (ISI de 8-14) et 25% avaient une insomnie clinique-modérée (ISI de 15-21). Un seul cas d’insomnie sévère (ISI > 21) était rapporté (avec une comorbidité rhumatismale). 37.5% des militaires souffrant d’insomnie avaient une addiction au tabac ou au café.

Conclusion: l’insomnie est fréquente chez les militaires de retour de mission. Elle peut altérer leur qualité de vie et être un facteur de risque pour d’autres pathologies psychiatriques telles que l’anxiété et la dépression.