Conference abstract

Prévalence du syndrome JET-LAG (JLD) chez les militaires de retour de mission

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(120).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.120.327

Contact the corresponding author
Keywords: Militaire, mission, syndrome Jet-Lag
Abstract

Prévalence du syndrome JET-LAG (JLD) chez les militaires de retour de mission

Samah Elleuch1,&, Latifa Ghanmi1, Maroua Daoud1, Kilani Belhadj2, Khalifa Zitoun1, Salem Bouomrani3

1Service de Psychiatrie, Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie, 2Service des Urgences, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie, 3Service de Médecine interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Samah Elleuch, Service de Psychiatrie, Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: vu le décalage horaire, certains militaires participant aux missions développent un trouble du décalage horaire (JLD) avec des conséquences négatives sur leurs performances. On se propose de déterminer la prévalence du JLD parmi les militaires de retour de voyage.

Méthodes: étude transversale descriptive et analytique réalisée sur une population de sujets exerçant à L’Hôpital Militaire de Gabès, ayant participé à une mission [1992 - 2016]. Les données ont été recueillies grâce à une fiche comportant 2 parties: La 1ère partie a concerné les données et les antécédents. La deuxième partie a comporté les critères diagnostiques du JLD selon l’académie américaine des pathologies du sommeil (AASM), les facteurs incriminés dans le développement de ce trouble et ses symptômes les plus fréquents. La recherche du JLD a été faite de manière rétrospective.

Résultats: notre échantillon était composé de 31 militaires de sexe masculin et d’âge moyen de 45.5 ans. Selon l’AASM, 29% des sujets enquêtés avaient souffert du JLD. Un décalage horaire > 2h était corrélé au développement du JLD. Parmi ces sujets, 88% avaient un nombre habituel d’heures de sommeil < 7h, 78% étaient plutôt matinaux et près de 90% étaient rigides concernant leurs habitudes. Chez 56% d’eux, des antécédents de troubles du sommeil ont été retrouvés. Concernant les symptômes, les difficultés d’endormissement, la fatigue et la diminution des performances mentales et physiques étaient présentes chez 100% des sujets. 67% avaient connu des troubles de la concentration, une diminution de la motivation et une diminution de l’appétit et 56% avaient souffert de troubles gastro-intestinaux. Tous les sujets enquêtés souhaitaient être informés et avertis de ces troubles avant leurs départs.

Conclusion: cet échantillon ne représente qu'une fraction des militaires au risque des symptômes du JLD. Il pourrait être très utile d’expliquer les stratégies de prévention avant le voyage.