Conference abstract

Apport de l’étude d’une population phlebotomienne et de sa préférence trophique dans l’analyse eco-épidémiologique d’un nouveau foyer de L. Killicki

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(132).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.132.340

Contact the corresponding author
Keywords: Leishmaniose cutanée, leishmania Killicki, Tunisie
Abstract

Apport de l’étude d’une population phlebotomienne et de sa préférence trophique dans l’analyse eco-épidémiologique d’un nouveau foyer de L. Killicki

Nabila Jebali1,&, Hammouda Babba1

1Laboratoire de Parasitologie, CHU Monastir, Tunisie

&Auteur correspondant
Nabila Jebali, Laboratoire de Parasitologie, CHU Monastir, Tunisie

Résumé

Introduction: depuis sa description en Tunisie en 1980, aucune souche appartenant au complexe L. killicki n’a été identifiée en dehors de son micro-foyer de Tataouine. Cependant en 2004, des souches appartenant à ce complexe ont été isolées dans quatre nouveaux foyers: Siliana, Gafsa, Sidi Bouzid et Kairouan montrant bien d’extension de ce complexe vers le Sud-ouest ainsi que la partie Nord de la Tunisie. Etant récemment décrit en tant que foyer potentiel à L. killicki, la région de Siliana présente un foyer intéressent pour une investigation entomologique visant l’étude de sa population phlébotomienne, de sa préférence trophique et de l’infestation des femelles par des parasites du genre Leishmania.

Méthodes: le site choisi est la région d’El-krib, l’une des délégations du Gouvernorat en Siliana. La capture des phlébotomes a été réalisée par des pièges adhésifs et des pièges huileux et l'identification des espèces au microscope selon la clé d’identification des phlébotomes d’après Croset et al. 1978; Léger et al. 1983 et Dépaquit et al. 1998 est donné ci-dessous. L'extraction de l'ADN et l'étude moléculaire (repas sanguin des femelles gorgées) ont été réalisés au sein du laboratoire de Parasitologie et de Mycologie de la faculté de Pharmacie de Monastir. Le séquençage est réalisé par la firme « Euro fins MWG, opéron, Allemagne ».

Résultats: ainsi nous avons réussi à identifier, lors de notre enquête entomologique, 10 espèces au niveau de ce site. Nos spécimens appartiennent aux cinq sous genres suivants: Phlebotomus, P. araphlebotomus, Larroussius, Sergentomyia et Grassomyia. Parmi les spécimens capturés l’espèce P. perniciosus (Genre Larroussius) est la plus prédominante (86.75%) suivie par l’espèce P. sergenti (Genre P.araphlebotomus) (6.10%) P. langeroni (Genre Larrousius) (3.63%). Nous avons pu identifier l’origine du repas sanguin des phlébotomes femelles gorgées qui semble avoir pris leurs repas de sang à partir de l’espèce Bos taurus et Ovis aries. Cependant, la déduction d’une corrélation directe entre la gamme d’hôtes trouvée et le réservoir n’est jamais évidente. Et finalement nous avons poussé davantage nos investigations afin de connaitre exactement le type de parasite porté par chaque phlébotome.

Conclusion: les résultats trouvés remettent en question la notion de spécificité espèce Phlébotome/espèce leishmanienne et nous incitent à définir davantage d’études concernant l’infection naturelle des différentes espèces de phlébotomes.