Conference abstract

Tuberculose neuroméningée: actualités thérapeutiques

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(28).17 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.28.447

Contact the corresponding author
Keywords: Tuberculose neuro-méningée, traitement, Tunisie
Abstract

Tuberculose neuroméningée: actualités thérapeutiques

Aïda Berriche1,&

1Service des Maladies Infectieuses, Hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Aïda Berriche, Service des Maladies Infectieuses, Hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie

Abstract

Introduction: la tuberculose demeure un problème de santé publique en Tunisie, avec une prédominance récente des formes extra-pulmonaires par rapport aux formes pulmonaires. La tuberculose neuroméningée est l’une des formes extra-pulmonaires les plus graves, pouvant mettre en jeu aussi bien le pronostic fonctionnel que vital.

Méthodes: revue systémique de la littérature concernant la tuberculose neuroméningée.

Résultats: le diagnostic est souvent retenu sur un faisceau d’arguments épidémio-cliniques et les données du liquide cérébro-spinal et de l’imagerie cérébro-médullaire. Le traitement repose en premier lieu sur le traitement antituberculeux qui est assez bien codifié, incluant une quadruple antibiothérapie antituberculeuse par isoniazide, rifampicine, ethambutol et pyrazinamide pendant 2 mois suivie par une bithérapie par isoniazide et rifampicine pour une durée totale minimale de 12 mois. L’apport de la corticothérapie dans le traitement de la tuberculose neuroméningée reste controversé. Un grand nombre d’auteurs rapportent que la corticothérapie joue, par son effet anti-inflammatoire, un rôle important dans la réduction du syndrome d’hypertension intracrânienne et diminue le risque de cloisonnement ce qui améliore le pronostic et réduit les séquelles. Cependant, cette corticothérapie reste mal codifiée aussi bien pour les modalités d’administration que pour la durée.

Conclusion: le traitement de la tuberculose neuroméningée repose sur l’antibiothérapie anti tuberculeuse classique. L’apport de la corticothérapie reste mal codifié.