Conference abstract

Le paludisme d’importation en Tunisie: bilan des cas diagnostiques à l’Institut Pasteur de Tunis (2008-2016)

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(34).17 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.34.450

Contact the corresponding author
Keywords: Paludisme d’importation, malaria, Tunisie
Abstract

Le paludisme d’importation en Tunisie: bilan des cas diagnostiques à l’Institut Pasteur de Tunis (2008-2016)

Latifa Mtibaa1,&, Emna Siala1, Sabrine Bouhlel1, Imène Ben Abda1, Rym Ben Abdallah1, Najet Zallega1, Karim Aoun1, Aida Bouratbine1, Nada Boulehmi1

1Laboratoire de Parasitologie, Institut Pasteur de Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Latifa Mtibaa, Laboratoire de Parasitologie, Institut Pasteur de Tunis, Tunisie

Résumé

Introduction: en Tunisie, l’incidence des cas de paludisme d’importation a augmenté ces dernières années pour atteindre une moyenne de 80 cas par an. Par conséquent, l’actualisation de l’épidémiologie de cette parasitose est fondamentale. L’objectif de cette étude était de décrire les caractéristiques épidémiologiques des cas de paludisme d’importation diagnostiqués à l’Institut Pasteur de Tunis.

Méthodes: étude rétrospective ayant concerné 85 cas de paludisme diagnostiqués entre janvier 2008 et septembre 2016 au laboratoire de parasitologie de l’Institut Pasteur de Tunis. Pour chaque individu, un questionnaire a été rempli et un prélèvement veineux sur anticoagulant a été fait. Le diagnostic du paludisme a été basé sur la mise en évidence du parasite dans la goutte épaisse et/ou le frottis sanguin.

Résultats: l’incidence annuelle moyenne des cas de paludisme diagnostiqués a été de 9 cas/an. Les étrangers ont représenté 56,63% des cas et étaient principalement représentés par les ressortissants originaires de l’Afrique sub-saharienne (85%). Nos patients avaient un âge médian de 29 ans (±15,6). Dans 98,5% des cas, les contaminations ont eu lieu en Afrique sub-saharienne; principalement la Côte d’Ivoire (28,98%) et le Cameroun (13%). Quatorze cas (16,4%) étaient asymptomatiques dépistés lors d’un contrôle systématique des étudiants originaires des zones d’endémie. Pour les sujets symptomatiques (83,5%), la fièvre (87,32%) et les frissons (73,23%) étaient les signes les plus relevés. Le délai médian entre le début de la symptomatologie et la confirmation diagnostique était de 5 jours (±5,5). Plasmodium falciparum était l’espèce prédominante (81,7%), suivie par Plasmodium ovale (12,94%). Dix-huit patients (21,17%) étaient porteurs de gamétocytes.

Conclusion: l’étude épidémiologique des cas de paludisme d’importation permettrait une meilleure prise en charge des malades et un contrôle du risque d’introduction de cette parasitose dans notre pays.