Conference abstract

Chirurgie du kyste hydatique complique du poumon: à propos de 126 cas opérés

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(35).17 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.35.240

Contact the corresponding author
Keywords: Kyste hydatique, poumons, complication, chirurgie
Abstract

Chirurgie du kyste hydatique complique du poumon: à propos de 126 cas opérés

Zied Chaari1,&, Abdessalem Hentati1, Walid Abid1, Amina Abdelkbir1, Nizar Elleuch1, Imed Frikha1

1Service de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

&Auteur correspondant
Zied Chaari, Service de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

Résumé

Introduction: le kyste hydatique est une pathologie parasitaire ayant plusieurs répercussions à l’étage thoracique notamment dans sa forme compliquée. On s’est proposé d’étudier le profil épidémiologique des patients opérés pour kyste hydatique du poumon (KHP) compliqué.

Méthodes: il s’agit d’une étude rétrospective descriptive incluant les patients opérés pour KHP dans un centre Tunisien, sur une période de 10 ans (Janvier 2005-Décembre 2015).

Résultats: cent vingt-six patients ont été opérés pour KHP compliqué, répartis en 71 femmes et 55 hommes. L’âge moyen a été de 32 ans (5-81 ans). Les principaux antécédents ont été: tabac (14), kyste hydatique du foie opéré (7) et KHP opéré (3). Le délai moyen de prise en charge a été de 5+/-12 mois (Une semaine et 7 ans). La découverte a été suite à l’apparition de signes cliniques dans 94% des cas. La toux (29%), la douleur thoracique (26%), l’hémoptysie (22%), et la vomique hydatique (6%) ont été les signes révélateurs les plus fréquents. Le nombre moyen de kystes a été de 1.4+/-1 (1-10). Le kyste était bilatéral chez 20 patients. Les aspects scannographiques les plus fréquemment rencontrés ont été: image cavitaire (36%), niveau hydro-aérique (30%), et pneumo-kyste (19%). La voie d’abord était une thoracotomie postéro-latérale dans 95% des cas. Le traitement chirurgical a comporté une kystectomie (74%), une péri-kystectomie (24%), un capitonnage de la cavité résiduelle (80%) et une décortication (15%). Une résection réglée a été nécessaire dans 1.5% des cas. Les suites post-opératoires ont été compliquées dans 22% des cas. Le bullage prolongé (8%), et les pneumopathies (10%) ont été les complications les plus fréquentes. Trois patients ont décédé en post opératoire immédiat, soit un taux de mortalité de 2.4%. Le taux de récidive à 5 ans a été de 3%.

Conclusion: le traitement chirurgical du KHP compliqué présente une morbi-mortalité assez importante qu’il faudrait prendre en considération surtout devant des sujets fragiles et multi-tarés.