Conference abstract

La chirurgie des kystes hydatiques pulmonaire sans capitonnage: à propos de 52 cas

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(57).27 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.57.256

Contact the corresponding author
Keywords: Kyste hydatique, poumons, chirurgie
Abstract

La chirurgie des kystes hydatiques pulmonaire sans capitonnage: à propos de 52 cas

Walid Abid1,&, Hentati Abdessalem1, Zied Chaari1, Amira Abdelkabir1, Nizar Elleuch1, Imed Frikha1

1Service de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

&Auteur correspondant
Walid Abid, Service de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

Résumé

Introduction: l’hydatidose pulmonaire reste un problème de santé publique en Tunisie. La chirurgie reste le traitement de base. Le capitonnage de la cavité résiduelle est classique, mais non systématique. On s’est proposé d’étudier les indications et les risques du non capitonnage dans le traitement chirurgical des kystes hydatiques pulmonaires.

Méthodes: il s’agit d’une étude rétrospective incluant 52 cas de chirurgie de kyste hydatique pulmonaire sans capitonnage de la cavité résiduelle.

Résultats: l’âge moyen de nos patients était de 31,6 ans. Une origine rurale a été notée chez 78,8% des patients. La notion d’élevage de mouton a été trouvée chez 55,8% des patients. Le kyste était unique dans 88,5% des cas. La localisation lobaire inférieure était la plus fréquente (28,8% au niveau du lobe inférieur droit et 26,9% au niveau du lobe inférieur gauche). Dans 42,4% des cas le kyste était compliqué. La thoracotomie postérolatérale était la voie d’abord la plus utilisée (94,2% des cas). Le traitement consistait en une kystectomie avec périkystectomie et fermeture élective des fistules bronchiques avec respect de la cavité résiduelle. Les suites étaient simples dans 71,2% des cas. Les complications étaient dominées par le bullage prolongé (11,5% des cas) et la pneumopathie (7,7% des cas). La durée d’hospitalisation moyenne était de 10,65 jours. Aucune récidive n’a été mentionnée dans le suivi de nos patients.

Conclusion: faire le capitonnage ou non de la cavité résiduelle reste un sujet de contre verse. La grande taille et la localisation périphérique des kystes hydatiques peuvent être considérées comme des indications de choix pour le non capitonnage des cavités résiduelles.