Conference abstract

PProbable fièvre bilieuse hémoglobinurie secondaire à la prise d’un traitement antipaludéen préventif

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(74).28 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.74.283

Contact the corresponding author
Keywords: Paludisme, antipaludéens de synthèse, chimioprophylaxie, toxicité
Abstract

Probable fièvre bilieuse hémoglobinurie secondaire à la prise d’un traitement antipaludéen préventif

Hend Kallel1,&, Rania Khedher-Elfekih1, Wided Smaoui1, Lilia Ben Fatma1, Madiha Krid1, Soumaya Beji1, Lamia Rais1, Karim Zouaghi1

1Hôpital la Rabta, Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Hend Kallel, Hôpital la Rabta, Tunis, Tunisie

Résumé

Introduction: l’hémolyse aiguë compliquée d’une insuffisance rénale aiguë, en particulier la fièvre bilieuse hémoglobinurique (FBH), est une complication rare mais grave, consécutive à la prise d’antipaludiques. La FBH se voit actuellement au cours du traitement curatif ou préventif d'un paludisme.

Méthodes: Mr SK âgé de 40 ans sans antécédents pathologiques a séjourné en Afrique (Gabon et Mali) pendant une semaine, où il a pris le Quinimax comme un traitement antipaludien préventif en deux prises. Une heure après la deuxième prise médicamenteuse il présente des vomissements, douleurs abdominales et 3 épisodes d’hématurie. L’examen clinique était sans particularité, les bandelettes urinaires ont montré une faible protéinurie sans hématurie, la biologie a montré une insuffisance rénale aiguë et une perturbation transitoire du bilan hépatique sans signes d’hémolyse. La goutte épaisse n’a pas montré la présence de Plasmodium falciparium. La ponction biopsie rénale a montré une nécrose tubulaire aiguë. Le diagnostic le plus probable était une hépatonéphrite d’origine immuno-allergique, mais l’évolution rapidement favorable était contre.

Résultats: le quinimax ne peut provoquer une nécrose tubulaire aiguë que par le biais d’une hémolyse intravasculaire, un tableau qui peut se voir au cours de la fièvre bilieuse hémoglobinurique (FBH). Notre patient a développé une nécrose tubulaire aiguë sans stigmates d’hémolyse ni d’infection par le Plasmodium falciparium.

Conclusion: notre observation pose la problématique des hémolyses aiguës intra vasculaires au cours des traitements antipaludiques. Elle peut se manifester par une hémoglobinurie avec une insuffisance rénale aiguë au cours du traitement curatif et préventif d'un paludisme et impose l’arrêt de tout traitement dès l’apparition d’un ictère ou d’urines colorées.