Conference abstract

Diagnostic électrique et biologique du kyste hydatique cardiaque

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2018:7(17).23 Dec 2018.
doi: 10.11604/pamj-cp.2018.7.17.556

Contact the corresponding author
Keywords: Kyste hydatique, cœur, électrocardiogramme, biologie, diagnostic
Oral presentation

Diagnostic électrique et biologique du kyste hydatique cardiaque

Nesrine Regaïeg1,&, Salem Bouomrani1

1Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Nesrine Regaïeg, Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: du fait d’un polymorphisme clinique important et non spécifique, les explorations para-cliniques (biologie et imagerie) occupent une place primordiale dans le diagnostic aussi bien positif que différentiel du kyste hydatique (KH) cardiaque.

Méthodes: mise au point des aspects biologiques et électriques de l’hydatidose cardiaque.

Résultats: sur le plan électrique, L’ECG peut révéler toutes les anomalies électriques sans qu’aucune ne soit une caractéristique du kyste hydatique cardiaque; les anomalies électriques ont été retrouvées dans 100% des cas dans la série de Bouraoui H. et al. ces anomalies peuvent être à type de: troubles de la repolarisation, dépression du segment ST ou inversion de l’onde T. Ces anomalies peuvent traduire une ischémie sous épicardique avec une onde T négative, pointue, symétrique, profonde et localisée à un territoire bien déterminé. Des signes de nécrose myocardique: en rapport avec l’amincissement des couches myocardiques qui entourent le kyste, ou secondaires à une obstruction des vaisseaux coronaires par les vésicules filles du KH; une véritable onde Q de nécrose peut aussi se voir: des troubles de la conduction, qui sont surtout l’apanage des kystes septaux; il s’agit principalement de bloc de branche droit en rapport avec des KH du ventricule droit ou du septum inter-ventriculaire à développement intra-cavitaire droit; plus rares sont les blocs de conduction auriculo-ventriculaires de degrés variables; Ainsi, et pour plusieurs auteurs tout bloc auriculo-ventriculaire complet en zone d’endémie doit faire rechercher une hydatidose; Des troubles de rythme: Sont exceptionnels. Il peut s’agir d’extrasystoles auriculaires ou ventriculaires, de tachycardies ventriculaires et fibrillations ventriculaire ou auriculaire. Des signes de surcharge ventriculaire droite: soit par compression de l’artère pulmonaire par le kyste, soit lors du développement d’un cœur pulmonaire chronique secondaire à des embolies pulmonaires hydatiques. A la biologie, la présence d’une hyperéosinophilie à l’hémogramme est d’une aide non négligeable au diagnostic du KH cardiaque; elle est élevée pendant la phase d’invasion et est normale ou peu élevée à la phase d’état. Elle est présente dans environ 25% des cas au moment du diagnostic du KH cardiaque et subit des poussées en cas de fissuration ou de rupture du kyste. Sur le plan de biologie spécifique, les examens sérologiques constituent un bon moyen surtout pour la surveillance post-thérapeutique. La sérologie n’est pas trop contributive pour le diagnostic positif car reste fréquemment négative au cours du KH cardiaque et une sérologie négative n’élimine pas le diagnostic.

Conclusion: il convient ainsi devant toute anomalie inexpliquée de l’électrocardiogramme chez un sujet en zone d’endémie hydatique, d’évoquer le diagnostic du kyste hydatique cardiaque pour le traiter à temps et éviter les complications redoutables. L’association d’une hyperéosinophilie renforce le diagnostic. La sérologie hydatique n’est pas trop contributive au diagnostic.