Conference abstract

Les formes compliquées du kyste hydatique hépatique

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2018:7(8).19 Dec 2018.
doi: 10.11604/pamj-cp.2018.7.8.543

Contact the corresponding author
Keywords: Kyste hydatique, foie, échinococcose, complication
Oral presentation

Les formes compliquées du kyste hydatique hépatique

Hanène Nouma1,&, Salem Bouomrani2

1Service des Urgences, Hôpital Habib Bourguiba de Médenine, Médenine Tunisie, 2Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Hanène Nouma, Service des Urgences, Hôpital Habib Bourguiba de Médenine, Médenine Tunisie

Résumé

Introduction: l’échinococcose est une anthropozoonose encore fréquente constituant un véritable fléau dans certains pays d’élevage. L’hydatidose humaine est une cestodose provoquée par la forme larvaire d’un ténia animal: Echinococcus granulosus (chien) et plus rarement Echinococcus multilocularis (renard, chien, porc domestique et autres rongeurs). Le foie est l’organe le plus touché par cette parasitose: 65 - 70% des cas et les formes compliqués peuvent menacer le pronostic vital et représenter de véritables urgences diagnostiques et thérapeutiques.

Méthodes: mise au point sur les complications de l’hydatidose hépatique.

Résultats: les complications aiguës évolutives se voient dans environ 40% des cas de kyste hydatique (KH) du foie; elles sont représentées principalement par: l’infection du kyste, son ouverture dans les voies biliaires ou les branches et sa fissuration avec anaphylaxie. L’infection est la complication la plus fréquente du KH hépatique; elle peut se présenter selon plusieurs tableaux cliniques allant des formes totalement asymptomatiques de découverte fortuite en peropératoire, aux formes atténuées et à l’extrême, les formes de suppuration profonde avec un sepsis sévère (fièvre, altération de l’état général, hyperleucocytose, syndrome inflammatoire biologique marqué..). Le signe spécifique de cette infection sur les radiographies standards est la présence d’un pneumokyste. L’ouverture KH hépatique dans les voies biliaires est une complication grave qui se voit dans 10 à 15% des cas. Elle concerne particulièrement les gros kystes centraux ou du dôme hépatique à contenu multi vésiculaire et à périkyste épais. Elle réalise typiquement un tableau d’angiocholite aiguë avec succession dans le temps de douleur de l’hypochondre droit, fièvre et ictère cholestatique. Plus rarement cette ouverture peut rester totalement asymptomatique et serait de découverte opératoire. L’ouverture du KH hépatique dans le thorax est une complication rare se voyant dans moins de 5% des cas mais très grave. Elle s’associe souvent à une ouverture du kyste dans les voies biliaires. Le tableau clinique est d’installation rapide avec des signes infectieux, hépatobiliaires et thoraciques dont la vomique hydatique pathognomonique et la biliptysie témoin de la présence d’une fistule bilio-kysto-bronchique. La radiographie du thorax peut montrer une surélévation de la coupole diaphragmatique droite, un aspect de broncho-pneumopathie basale ou un épanchement pleural. L’imagerie en coupe objective la brèche diaphragmatique. Les signes échographiques en faveur d’une complication sont les images hyperéchogènes dans la voie biliaire principale (ouverture du KHF dans les voies biliaires) ou l’interruption de la coupole diaphragmatique (ouverture du KH dans le thorax). L’ouverture du KH hépatique dans la cavité péritonéale se voit souvent dans les suites d’un traumatisme minime et se traduit par un tableau aiguë fait de signes péritonéaux associés à un état de choc anaphylactique. Plus rarement et dans les fissurations minimes le tableau peut être progressif, fait de prurit, urticaire et douleur abdominale. L’échographie objective le KH hépatique associé à un épanchement intra péritonéal. D’autres complications plus rares peuvent être citées: compressions vasculaires, érosions et ruptures vasculaires, ouverture dans le tube digestif et fistulisation à la peau.

Conclusion: les complications du KH hépatiques sont nombreuses et souvent notées dans les kystes volumineux, du lobe droit et du dôme hépatiques. Certaines de ces complications peuvent être graves et même fatales. Ainsi leur connaissance et leur prise en charge adaptée et à temps, sont les seules garants d’une évolution favorable.