Conference abstract

Fracture sur ostéomyélite aiguë: facteurs favorisants et prises en charge

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(102).03 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.102.308

Contact the corresponding author
Keywords: Fracture, ostéomyélite aiguë, prise en charge
Abstract

Fracture sur ostéomyélite aiguë: facteurs favorisants et prises en charge

Moez Trigui1,&, Walid Baya1, Zoubaier Ellouz1, Mohamed Zribi1, Hassib Keskes1

1Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU H Bourguiba, Sfax, Tunisie

&Auteur correspondant
Moez Trigui, Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU H Bourguiba, Sfax, Tunisie

Résumé

Introduction: la survenue d’une fracture sur ostéomyélite est une complication grave qui pose un problème difficile de consolidation sur un os infecté et fragile. Notre but était de chercher les facteurs favorisant la survenue de cette complication afin de la prévenir et d’améliorer sa prise en charge.

Méthodes: notre série comporte 11 fractures pathologiques sur 118 ostéomyélites aigües des os longs colligées sur une période de 12 ans.

Résultats: l’âge moyen des enfants était de 7 ans lors de la fracture. Le délai moyen entre le diagnostic et la fracture était de 6 mois. La durée du traitement était de 8 mois. La durée d’immobilisation avant la fracture était de 3 mois. L’ostéomyélite a été diagnostiquée au stade d’abcès sous périosté rompu dans 5 cas. Tous les patients ont été opérés avec une trépanation osseuse dans 9 cas. La fracture a été de siège fémoral dans 7 cas, tibial dans 3 cas et au premier métatarsien dans 1 cas. Le traitement de la fracture a consisté en une immobilisation par plâtre dans 9 cas ce qui a permis la consolidation dans 7 cas. Les autres cas ont nécessité un fixateur externe d’Ilizarov. Le montage d’Ilizarov a permis en plus une correction des éventuels troubles d’axe ou de raccourcissement associés. Toutes les fractures ont consolidé mais au prix d’une immobilisation moyenne pendant 5 mois. Une déviation axiale séquellaire a persisté chez 2 patients et une raideur du genou dans 2 cas.

Conclusion: les facteurs prédictifs de fracture sur ostéomyélite sont le retard de prise en charge, une interruption circonférentielle de la réaction périostée, une trépanation en zone diaphysaire et une immobilisation insuffisante. Une surveillance étroite et une immobilisation prolongée sont nécessaires lorsqu’il existe des facteurs prédictifs de fracture pathologique.