Conference abstract

Réduction chirurgicale des séquelles de luxation septique invétérée de hanche

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(103).03 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.103.309

Contact the corresponding author
Keywords: Luxation septique, hanche, réduction, chirurgie
Abstract

Réduction chirurgicale des séquelles de luxation septique invétérée de hanche

Moez Trigui1,&, Kamel Ayadi 1, Ameur Abid 1, Mourad Aoui1, Mohamed Zribi1, Hassib Keskes1

1Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU H Bourguiba, Sfax, Tunisie

&Auteur correspondant
Moez Trigui, Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU H Bourguiba, Sfax, Tunisie

Résumé

Introduction: la réduction des luxations septiques anciennes est beaucoup plus difficile que celle des luxations récentes à cause des remaniements et la déformation de la tête. Dans ce travail nous allons montrer les déformations spécifiques de la tête fémorale et les difficultés de réduction.

Méthodes: nous rapportons 3 cas de séquelles de luxation septique invétérée de hanche réduites chirurgicalement à un âge moyen de 4 ans. La luxation était intermédiaire dans un cas et une subluxation dans deux cas. La voie d’abord était antérieure dans tous les cas. Après capsulotomie, la tête était irrégulière, ostéochondritique. Le ligament rond était absent. La tête était grosse et évasée et sa partie inféro-interne. Ceci nous a obligés à faire une résection de cette partie inféro-interne de la tête pour pouvoir réduire la tête, puis la stabiliser par une ostéotomie de Salter puis une capsulorraphie.

Résultats: le résultat fonctionnel a été satisfaisant dans tous les cas avec une bonne mobilité de la hanche, absence de douleurs et de boiterie et une amélioration de la morphologie de la hanche dans tous les cas au recul moyen de 3 ans.

Conclusion: la réduction chirurgicale de ces séquelles de luxations septiques invétérées de hanche pose en plus des problèmes habituels des luxations congénitales et du risque septique, le problème de la fragilité et la déformation particulière de la tête fémorale ce qui a imposé une résection épiphysaire parcellaire. Cet aspect de la tête fémorale est expliqué par la nécrose de la tête pendant l’épisode septique et sa reconstruction de façon anormale par un traitement en abduction mal conduit. La résection épiphysaire est toujours à éviter, mais dans ces cas, on était obligé de la faire pour obtenir une réduction complète de la tête dans la cotyle.