Conference abstract

La morsure par serpent: à propos de 25 cas

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(122).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.122.329

Contact the corresponding author
Keywords: Morsure de serpent, venin de serpent, envenimation
Abstract

La morsure par serpent: à propos de 25 cas

Samia Hafi1,&, Faouzi Ellough1, Anis Jradi2, Najla Lassoued1, Imen Hachaichi1

1SAMU 05 Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie, 2Service de Réanimation Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Samia Hafi, SAMU 05 Hôpital Régional de Gabès, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: la morsure par serpent constitue un problème de santé dans certains pays. Elle ne signifie pas toujours une envenimation. Peu fréquente mais peut être grave d’où la nécessité d’analyser cette pathologie dans notre région.

Méthodes: étude rétrospective portant sur les dossiers de patients admis pour morsure par serpent dans le service de réanimation durant deux années (2015 et 2016).

Résultats: nous avons recensé 25 cas de morsure par serpent dont 16 cas par vipère. L’âge moyen de nos malades était de 36.2 ans (13-89 ans) avec une prédominance masculine. Origine la région de Gabès: 97% des cas. Nous avons étudié la répartition selon les mois, l’horaire de la morsure, l’évacuation des patients, l’examen clinique, la biologie et la prise en charge. Certains gestes sont déconseillés à l’inverse une immobilisation peut être bénéfique. La prescription d’antibiothérapie à titre préventif reste controversée. La corticothérapie: aucune efficacité formelle à son utilisation n’a été rapportée. L’anticoagulation: ne semble pas changer l’évolution de la maladie mais peut être bénéfique dans la prévention de la maladie thromboembolique. Le sérum antivenimeux: Plusieurs études ont montré son apport dans l’amélioration du pronostic vitale des envenimations vipérines.

Conclusion: la morsure par serpent peut être d’un mauvais pronostic nécessitant une réanimation symptomatique précoce et adéquate. La sérothérapie est indiquée dans les formes graves malgré ses risques allergiques.