Conference abstract

Co-infection leishmaniose viscérale-infection VIH: à propos de 5 cas

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(125).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.125.332

Contact the corresponding author
Keywords: Leishmaniose viscérale, VIH, co-infection
Abstract

Co-infection leishmaniose viscérale-infection VIH: à propos de 5 cas

Imen Sallem1,&, Lamia Ammari1, Aïda Berriche1, Rim Abdelmalek1, Fakher Kanoun1, Badreddine Kilani1, Hanène Tiouiri Ben Aissa1

1Service des Maladies Infectieuses, Hôpital La Rabta, Université Tunis El Manar-Faculté de Médecine de Tunis, Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Imen Sallem, Service des Maladies Infectieuses, Hôpital La Rabta, Université Tunis El Manar-Faculté de Médecine de Tunis, Tunis, Tunisie

Résumé

Introduction: l’immunodépression, en particulier l’infection rétrovirale favorise la survenue de leishmaniose viscérale. Reconnue comme infection opportuniste chez les personnes infectées par le VIH, sa prise en charge thérapeutique reste complexe. Cette co-infection atteint jusqu’à 40% dans certains pays, survenant chez les adultes jeunes et 70% d’entre eux sont toxicomanes. L’objectif de ce travail est de décrire les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de la leishmaniose viscérale chez le sujet infecté par le VIH.

Méthodes: étude rétrospective sur 11 ans (2005-2015) incluant cinq patients infectés par le VIH, suivis au Service des Maladies Infectieuses la Rabta et ayant présenté une leishmaniose viscérale.

Résultats: il s’agissait de 2 hommes et 3 femmes. L’âge moyen était 32 ans (24 à 40 ans). Les 2 hommes étaient toxicomanes actifs. La leishmaniose viscérale était inaugurale de l’infection rétrovirale dans 3 cas. Deux patients avaient une tuberculose concomitante. La fièvre ainsi que l’altération de l‘état général étaient rapportées par tous les patients. Les signes digestifs (diarrhée avec douleurs abdominales) étaient présents chez 3 patients. Sur le plan biologique, 3 patients avaient une pancytopénie et 2 avaient une bicytopénie (leucopénie + anémie). Tous les patients avaient une hypoalbuminémie avec hypergammaglobulinémie. Tous les patients avaient un compte de CD4 inférieur à 100 cellules/mm3. Le myélogramme a confirmé le diagnostic par l’identification des corps de leishman chez 4 patients. La sérologie de la leishmaniose était positive dans 3 cas. La PCR dans le sang était positive dans 2 cas. Quatre patients étaient traités par l’amphotéricine B et un seul par le glucantime. La durée moyenne de traitement était de 27 jours (23-28j). L’évolution était favorable dans tous les cas.

Conclusion: la leishmaniose viscérale est une infection opportuniste fatale en l’absence de traitement avec une mortalité qui atteint 25% ainsi qu’un risque de rechute estimé à 60%. Le diagnostic positif est parfois difficile chez les patients infectés par le VIH à cause de l’imprécision des simples tests sérologiques. Le traitement de la co-infection VIH-LV est complexe car les médicaments n’ont pas l’effet espéré.