Conference abstract

Profil épidémio-clinique des leishmanioses cutanées diagnostiquées au Laboratoire de Parasitologie de l’Institut Pasteur de Tunis

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(135).04 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.135.458

Contact the corresponding author
Keywords: Leishmaniose cutanée, épidémiologie, Tunis, Tunisie
Abstract

Profil épidémio-clinique des leishmanioses cutanées diagnostiquées au Laboratoire de Parasitologie de l’Institut Pasteur de Tunis

Latifa Mtibaa1,&, Imen Ben Abda1,2, Sabrine Bouhlel1, Rim Ben Abdallah1,2, Emna Siala1,2, Najet Zallega1, Karim Aoun1,2, Aïda Bouratbine1,2

1Laboratoire de Parasitologie, Institut Pasteur de Tunis, Tunisie, 2Laboratoire de Recherche LR11-IPT06 « Parasitologie Médicale, Tunisie Biotechnologies et Biomolécules », Institut Pasteur de Tunis, Tunisie

&Auteur correspondant
Latifa Mtibaa, Laboratoire de Parasitologie, Institut Pasteur de Tunis, Tunisie

Résumé

Introduction: en Tunisie, la leishmaniose cutanée (LC) est endémique et représente un problème de santé publique. Elle est due à 3 espèces Leishmania (L.) infantum, L. major et L. tropica. Le diagnostic peut être difficile du fait du polymorphisme clinique et de l’extension des aires de répartition des 3 formes noso-géographiques classiques (sporadique du Nord, zoonotique et chronique). L’objectif de notre travail était de discuté des aspects épidémio-cliniques des cas de LC diagnostiqués dans notre laboratoire.

Méthodes: dans ce travail, 39 cas de LC ont été diagnostiqués entre Septembre 2015 et Septembre 2016. Une fiche de renseignements épidémiologiques et cliniques a été remplie. Le diagnostic a été porté par l’examen direct et/ou la culture et/ou de la PCR en temps réel. Une identification moléculaire de l’espèce a été réalisée dans les cas discordants.

Résultats: la moyenne d’âge des patients était de 34,1 ans et le sex-ratio de 0,69. La majorité des cas (77%) a été diagnostiquée entre Octobre et Mars. La durée moyenne d’évolution était de 7 mois. La plupart des cas (n = 23, 59%) ont été contaminés au Centre-Sud. Les lésions correspondantes étaient surtout ulcéro-croûteuses (82,6%), surinfectées (47,8%), multiples (60,8%) et siégeaient aux membres (82,6%). Les patients contaminés au Nord (n = 16), avaient des lésions plutôt nodulaires ou érythémateuses (68,7%), uniques (81,2%) et localisées au visage (56,2%). Cinq parmi eux présentaient des lésions ulcéro-croûteuses surinfectées siégeant aux membres (dont une au membre inférieur).

Conclusion: leishmania infantum a été l’espèce identifiée chez un patient et pour le reste le typage moléculaire est en cours même si le lieu de contamination, le nombre des lésions, leur localisation et leur aspect facilitent dans la plupart des cas le diagnostic de la forme noso-géographique de la LC, le typage moléculaire s’avère nécessaire dans certains cas pour une meilleure prise en charge des patients et adaptation des mesures de contrôle.