Conference abstract

Il est temps de parler de l’HIV chez l’enfant Tunisien

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2017:4(84).30 Dec 2017.
doi: 10.11604/pamj-cp.2017.4.84.464

Contact the corresponding author
Keywords: VIH, enfant, Tunisie
Abstract

Il est temps de parler de l’HIV chez l’enfant Tunisien

Sana Rouis1&, Wissem Hachfi2, Nesrine Jammeli1, Jihène Bouguila1, Lamia Boughammoura1, Amel Letaief2

1Service de Pédiatrie, CHU Farhat Hached, Tunisie, 2Service de Maladies Infectieuses, CHU Farhat Hached, Tunisie

&Auteur correspondant
Sana Rouis, Service de Pédiatrie, CHU Farhat Hached, Tunisie

Résumé

Introduction: l’infection par le VIH chez l’enfant est encore un problème de santé publique préoccupant. Plusieurs aspects cliniques et paracliniques ont été décrits dans les pays européens. Toutefois, les données épidémiologiques de cette infection en Tunisie restent limitées. L’objectif ici était de déterminer les données épidémiologiques, cliniques et paracliniques des enfants infectés par le VIH, et d'étudier l’impact clinique et biologique du traitement antirétroviral (ARV) chez ces enfants.

Méthodes: étude rétrospective colligeant tous les enfants positifs au VIH suivis à l’Hôpital Farhat Hached, sur une période de vingt-cinq ans (1991- 2015). Les stades cliniques et immunologiques sont décrits selon les normes de l’OMS.

Résultats: onze enfants (5 garçons et 6 filles) étaient inclus dans cette étude. L’âge médian de découverte de l’infection VIH était de 36 mois (5 - 108 mois). La transmission était materno-fœtale dans 91% des cas. Un seul enfant hémophile avait contracté l’infection au cours des transfusions sanguines. La majorité des enfants (45.5%) étaient au stade clinique II, 36.4% étaient au stade clinique III et 18.2% étaient asymptomatiques à la présentation. La fièvre prolongée, la dyspnée fébrile, les diarrhées chroniques, la lymphadénopathie généralisée et l’hépato splénomégalie étaient les symptômes et les signes cliniques majoritaires (respectivement 36%, 27%, 18%, 45% et 63%). Le taux de CD4 médian était de 687 cellules/mm3. 27.3% des enfants étaient au stade immunologique modéré et 45.5% au stade sévère. La pneumonie (54.5%), la candidose digestive (18.2%), le zona (36.3%) et la tuberculose extrapulmonaire (27.2%) étaient les infections opportunistes les plus communes. Un seul cas de co-infection par le VHC a été rapporté. Le traitement ARV a été instauré dans un délai moyen de 10 mois (0.2 - 60 mois). Après 12 mois de traitement ARV, les cas au stade sévère avaient diminué de 45.5% à 9.1%. L’évolution était favorable à l’exception d’un seul enfant décédé par une pneumopathie hypoxémiante.

Conclusion: un programme de prévention doit être renforcé en facilitant le dépistage et l’administration d’un traitement ARV chez les mères infectées durant la grossesse. Le pronostic de l’enfant infecté par le VIH dépend essentiellement du diagnostic à temps et de la prise en charge précoce de la maladie.