Conference abstract

Le kyste hydatique du cœur

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2018:7(15).23 Dec 2018.
doi: 10.11604/pamj-cp.2018.7.15.554

Contact the corresponding author
Keywords: Kyste hydatique, cœur, échinococcose, parasitose
Oral presentation

Le kyste hydatique du cœur

Salem Bouomrani1,&, Nesrine Belgacem1

1Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Salem Bouomrani, Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: l’atteinte cardiaque reste rare au cours de cette parasitose. Elle est exceptionnellement primaire et isolée; s’intégrant classiquement dans un tableau d’atteinte thoracique avec localisation pulmonaire associée ou encore de forme plus diffuse avec atteinte multi-viscérale. Les formes cardiaques primitives de KH ne représentent que 0.5 à 2% de l’ensemble de l’hydatidose humaine. Sa pathogénie est complexe.

Méthodes: revue systématique de la littérature mondiale sur la pathogénie de la localisation cardiaque du KH.

Résultats: le développement de la forme larvaire du Taenia echinococcus au niveau des différents tissus et structures du cœur peut résulter de deux cycles évolutifs naturels; Le cycle primitif où la pénétration du parasite dans l’organisme se fait uniquement par voie digestive. Par la suite et via la voie portale, les embryons hexacanthes vont gagner le foie puis la veine cave inférieure pour se retrouver dans les cavités cardiaques droites. Parfois, l’embryon peut shunter le filtre hépatique en empruntant une anastomose porto-cave pour se trouver directement dans le cœur droit, et donc dans les poumons. L’atteinte du ventricule gauche se fait via les artères coronaires. Aussi la voie lymphatique, via le canal lymphatique et la veine sous clavière gauche, peut court-circuiter le premier filtre hépatique et conduit les embryons directement dans le cœur droit et delà dans les poumons. Le cycle secondaire: dans cette théorie, l’essaimage se fait par voie sanguine ou par contigüité, suite à la rupture ou la fissuration d’un kyste hydatique primitif d’autre localisation. Au niveau du cœur, cette éventualité est possible dans deux circonstances; L’échinococcose embolique ou métastatique secondaire à la rupture d’un kyste hépatique ou pulmonaire primitif et la libération de vésicules filles qui peuvent rejoindre la paroi du cœur par la circulation coronaire, La greffe hydatique cardiaque secondaire qui peut se voir après rupture d’un kyste hydatique primitif dans le péricarde. Anatomiquement, le KH cardiaque se localise principalement au niveau de la paroi libre du ventricule gauche (VG) et du septum interventriculaire (SIV): 55 à 60% pour le VG et 5 à 20% pour le SIV. A l’opposé, et du fait de la minceur de la paroi musculaire et du bas régime de pression dans les cavités droites, ces dernières sont plus rarement atteintes par le KH: 4 à 17% pour le ventricule droit (VD) et 3 à 4% pour l’oreillette droite (OD). Dans ces cavités, le kyste hydatique est souvent à développement superficiel sous endocardique ce qui explique la fréquence importante de rupture endocavitaire du kyste hydatique du ventricule droit par rapport à celui du ventricule gauche. Enfin le KH cardiaque peut se localise primitivement au niveau du péricarde dans 4% des cas.

Conclusion: la pathogénie du KH cardiaque est complexe pouvant être primitive ou secondaire. Les différentes tuniques et tissus cardiaques peuvent être touchés par cette parasitose avec des fréquences variables. La clinique ainsi que les complications du KH cardiaque vont dépendre du siège du kyste au sein du cœur.