Conference abstract

Envenimation scorpionique: aspects cliniques et thérapeutiques

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2018:7(34).24 Dec 2018.
doi: 10.11604/pamj-cp.2018.7.34.575

Contact the corresponding author
Keywords: Envenimation, scorpion, diagnostic, traitement
Oral presentation

Envenimation scorpionique: Aspects cliniques et thérapeutiques

Imen Rejeb1,&

1Service des Urgences, Hôpital Mohamed Sassi, Gabès, Tunisie

&Auteur correspondant
Imen Rejeb, Service des Urgences, Hôpital Mohamed Sassi, Gabès, Tunisie

Résumé

Introduction: l’envenimation scorpionique (ES) est un accident encore relativement fréquente et grave dans les régions tropicales, subtropicales et sub-sahariennes. En Tunisie, en 2003, plus de 30000 envenimations ont été recensé dont plus de 1000 formes graves et dont 10 décès. Ces chiffres sont à la baisse comparativement aux années quatre-vingt où on assistait à une mortalité plus importante. L’androctonus Australis et le Buthus Occitanus sont parmi les espèces les plus fréquentes en Tunisie.

Méthodes: mise au point sur le diagnostic et la prise en charge de l’envenimation scorpionique.

Résultats: sur le plan clinique, les manifestations sont consécutives à une excitation du système sympathique et parasympathique et dépendent de l’espèce du scorpion en question. Selon les signes cliniques, les patients sont classés en trois stades de gravité. Dans le stade I, qui englobe plus de 90% des cas, la piqûre de scorpion ne détermine que des manifestations cliniques locales dominées par des douleurs qui peuvent être intenses. Les manifestations systémiques qui déterminent le deuxième stade de l’ES varient selon les séries mais dominés par la tachycardie, la tachypnée et les signes digestifs. Le stade III est défini par la présence d’une atteinte cardio-pulmonaire ou des signes neurologiques sévères. L’œdème pulmonaire constitue la complication la plus redoutable de l’envenimation scorpionique. La nature cardiogénique est actuellement bien démontré sur des donnés électrocardiographiques, hémodynamiques, échographiques, scintigraphiques et même histologiques. Cette atteinte myocardique est due essentiellement à l’augmentation du taux des catécholamines circulantes. La toxicité directe du venin et enfin à l’ischémie myocardique. Les manifestations biologiques sont en rapport avec le syndrome adrénergique. Elles associent une hyperglycémie, une hyperleucocytose, une hypokaliémie, une acidose métabolique, une rhabdomyolyse et une insuffisance rénale. La tachycardie sinusale ainsi que des troubles de la repolarisation sont les principales anomalies observées à l’électrocardiogramme. Un dosage positif des troponines est en faveur de l’atteinte cardiaque. L’échographie cardiaque est actuellement recommandée par de nombreux auteurs pour évaluer précocement la dysfonction myocardique, guider la prise en charge thérapeutique ainsi que l’orientation des patients. Le traitement est surtout symptomatique avec prise en charge de la défaillance cardiaque et traitement de la douleur. Le traitement spécifique de l’envenimation scorpionique est l’immunothérapie. Son utilisation reste controversée dans la littérature mais en Tunisie, elle reste indiquée pour les stades II et III.

Conclusion: l’ES est un accident relativement fréquent en pratique médicale courante, en particulier pour les voyageurs en régions tropicales, subtropicales, sahariennes et sub-sahariennes. La présentation clinique diverse et parfois grave représente un véritable défi aux cliniciens de première ligne. C’est un double défi à la fois relatif à la prise en charge adaptée en fonction du grade et puis au dépistage des patients à risque d’une défaillance cardiorespiratoire à très court terme.