Conference abstract

Évaluation de l’état nutritionnel des mineurs en milieu carcéral de Guinée

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2018:9(30).02 Dec 2018.
doi: 10.11604/pamj-cp.2018.9.30.757

Contact the corresponding author
Keywords: Mineurs, état nutritionnel, maison d’arrêt, co-morbidité
Poster

Évaluation de l’état nutritionnel des mineurs en milieu carcéral de Guinée

Diallo Ibrahima Sory1,&,, Diallo Abdourahmane1, Bah Elhadj Mamoudou, Niane Harrissatou1, Bangoura Mah Aminata1, Rothkleiner Matthias1, Diallo Mamadou Pathé3

1Institut de Nutrition et de la Santé de l’Enfant (INSE), Conakry, Guinée, 2Service de Médecine Légale, CHU Ignace Deen, Conakry, Guinée, 3Ministère de la Santé (Division de l’Alimentation et Nutrition), Conakry, Guinée

&Auteur correspondant
Diallo Ibrahima Sory, Institut de Nutrition et de la Santé de l’Enfant (INSE), Conakry, Guinée

Résumé

Introduction: selon l’estimation de l’UNICEF, environ un million d’enfants sont incarcérés dans les prisons à travers le monde. Chez les détenus, la malnutrition est un fléau qui demeure ignoré. Dans les pays en développement, elle constitue le principal facteur de détérioration de la santé des détenus. L’objectif de cette étude était de décrire l’état nutritionnel et la co-morbidité chez les mineurs en milieu carcéral en Guinée.

Méthodes: il s’agit d’une étude transversale dans les prisons de la Guinée qui s’est déroulée sur une durée de cinq mois allant du 15 janvier au 14 juin 2016. Les données ont été recueillies à travers les registres d’admission et de consultation des prisons.

Résultats: le nombre des mineurs incarcérés en Guinée était de 132 dont 126 de sexe masculin. L’âge moyen était de 15 ans avec des extrémités de 12 à 17 ans. 93,38% des mineurs ne recevaient pas d’apport nutritionnel extérieur et dépendaient seulement des 2 repas fournis par l’administration pénitentiaire par jour. 37,87% des mineurs étaient malnutris sévères. Les infractions commises étaient le vol (64,39%), suivi du viol (14,39%) et des coups et blessures volontaires (10,6%). Les affections digestives 81,81%, dermatologiques 51,49%, urinaires 23,48% étaient associées à la malnutrition et 37,87% des mineurs étaient malnutris sévères.

Conclusion: les conditions de détention des mineurs en Guinée (manque d’hygiène, malnutrition) et les soins inadaptés entrainaient des conséquences morbides (pathologies digestives, affections dermatologiques, et infections urinaires).