Conference abstract

Mise en place d´une plateforme de médecine numérique à Libreville: Enquête de faisabilité

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2021:11(8).06 Dec 2021.
doi: 10.11604/pamj-cp.2021.11.8.1029

Contact the corresponding author
Keywords: Diabète, formation, SMS, Internet, Gabon
Abstract

Mise en place d´une plateforme de médecine numérique à Libreville: Enquête de faisabilité

Annick Flore Mfoumou Essono¹,&, Treycia Pambo¹, Emeline Mbina¹, Daniela Nsame¹, Raphael Okoue², Eric Baye¹, Marie Béatrice Ntyonga Pono¹

1Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, Gabon, 2Hôpital d´Instruction des Armées Omar Bongo Ondimba, Libreville, Gabon

&Auteur correspondant

Introduction: Le mauvais contrôle du diabète en Afrique est lié à un déficit en professionnels de santé et conduit à une prise en charge médiocre des patients particulièrement en éducation. Développer d´autres moyens d´information sur l´éducation serait une opportunité de réduire la morbi-mortalité liée au diabète. Internet semble en être une solution. Les premières réponses à cette interrogation, basées sur plusieurs années de formation des professionnels et d´interaction avec les populations, sont encourageantes. Le Gabon peinent à décoller.Le but de notre étude est d´évaluer l´intérêt de l´usage de l´interaction avec les diabétiques par téléphonie mobile et l´adhésion des médecins à une formation en diabétologie en ligne.

Méthode: Etude descriptive et analytique, réalisée à partir de questionnaires remis aux patients consultant en diabétologie au CHU de Libreville et aux médecins exerçant à Libreville. L´enquête s´est déroulée du 07 Janvier au 07 Février 2019.

Résultats: 272 diabétiques ont répondu au questionnaire. Age moyen 55,5ans(±10,2).Sex-ratio:0,78( femmes 56,6%).Durée moyenne du diabète :7,9ans.Association à l´HTA :62,4%.HbA1C moyenne : 8,7%.L´ interaction par téléphonie mobile était inconnue des patients dans 96% des cas. 255 patients favorable à l´interaction (92,7%). Moyen de communication souhaité :SMS :67,3%, WhatsApp 30,3%. Une application spécifique au diabète était souhaitée dans 55,5% des cas. 61 médecins ont répondu au questionnaire. Généralistes 31,1% Spécialistes 68,9%. Formation en ligne connu 67,2% (non-utilisation :87,8%). Raison de non-utilisation : défaut d´opportunité :69,4% manque de disponibilité :30,6%.90,2% ont répondu favorable à une formation complémentaire en ligne en diabétologie.

Conclusion: La médecine numérique, insuffisamment utilisée au Gabon, semble être une opportunité pour améliorer la prise en charge des patients vivants avec le diabète.