Conference abstract

Crises vaso-occlusives (CVO) du drépanocytaire dans deux hôpitaux de la ville de Douala: types et facteurs déclenchants

Pan African Medical Journal - Conference Proceedings. 2023:16(21).15 Mar 2023.
doi: 10.11604/pamj-cp.2023.16.21.1884
Archived on: 15 Mar 2023
Contact the corresponding author
Keywords: Crises vaso-occlusives, facteurs déclenchants, Douala
Poster

Crises vaso-occlusives (CVO) du drépanocytaire dans deux hôpitaux de la ville de Douala: types et facteurs déclenchants

Ngouadjeu Dongho Tsakeu Eveline1,2,&, Ida Calixte Penda1,2,3, Zibi Meka II Boris St├ęphane1, Eposse Charlotte3, Akazong Christophe2, Kingue Tatnou Dominique2, Henry Namme Luma2,4

1Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques, Université de Douala, Douala, Cameroun, 2Hôpital Général de Douala, Douala, Cameroun, 3Hôpital Laquintinie de Douala, Douala, Cameroun, 4Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé, Cameroun

&Auteur correspondant

Introduction: la crise vaso-occlusive (CVO) occupe une place prépondérante au sein des manifestations de la drépanocytose.

Méthodes: une étude transversale, descriptive a été menée pendant 6 mois (de novembre à avril 2017) sur les drépanocytaires suivis à l’Hôpital Général (HGD) et à l’Hôpital Laquintinie de Douala (HLD). Les patients âgés d’au moins six mois, drépanocytaires homozygotes confirmés et présentant une crise vaso-occlusives à l’admission ou en cours d’hospitalisation ont été inclus consécutivement pendant la durée cette étude. L’objectif de cette étude était de décrire les CVO et d’identifier les facteurs déclenchants.

Résultats: au total 143 cas de CVO ont été observés pendant la période de notre étude. Dans 75,5% des cas, ces crises étaient de localisation ostéoarticulaire avec une prédilection pour le rachis (71,0%) et les membres inférieurs (77,5%). Les crises de localisation abdominale et thoracique (STA) représentaient respectivement 24,5% et 21,7%. Au moins un facteur déclenchant a été retrouvé chez (131 cas, 91,60%) dont les syndromes fébriles (108/143; 81,57% cas) parmi lesquels le paludisme représentait 64,48%, le stress et l’anxiété (24/143; 18,32%) et l’effort physique (12/143; 8,39%).

Conclusion: la localisation ostéoarticulaire était fréquente lors des CVO, en particulier au niveau du rachis et des membres inférieurs. Le principal facteur déclenchant était l’infection, notamment le paludisme. L’amélioration du dépistage précoce et la prévention des infections pourraient réduire les CVO.